Programme

illus_lien_programmeClichoises, Clichois,

Notre ville est notre bien commun.
C’est la première proximité que nous avons les uns les autres : la ville de notre enfance, la ville de nos enfants, la ville de notre avenir, la ville de nos aînés, la ville de notre logement, notre emploi, notre loisir, notre santé et notre sécurité. Le maire en est le garant.Clichy a un potentiel formidable.

En dépit de la municipalité sortante, particulièrement depuis ces huit dernières années, nous, Clichois, sommes attachés à l’esprit de solidarité que nos parents nous ont transmis.
Aujourd’hui de formidables défis nous attendent, tous ensemble : à ceux qui veulent paupériser et diviser la ville, à ceux qui voudraient faire de nous le dortoir triste à l’ombre du dynamisme de Paris et des Hauts-de-Seine, notre réponse n’est pas celle du repli.
J’entends réconcilier Clichy avec les Clichois, ce qui nous donnera la force pour nous adapter aux mutations en cours.

86ème ville de France, nous sommes désormais 60 000 habitants.
Chaque année, des milliers de nouveaux Clichois s’installent et aident la ville à être dynamique, connectée à la France, à l’Europe et au monde. L’implantation de la Cité judiciaire aux portes de notre ville à l’horizon 2017 et le prolongement de la ligne 14 sont autant de formidables occasions qu’une mairie responsable se doit d’anticiper, accompagner, au service des Clichois.

Les ressources sont là.
Grâce à vous, j’ai été élu au Conseil départemental en mars. Avec ces municipales vous avez la possibilité de donner de nouvelles opportunités à notre ville. Patrick Devedjian* s’y engage au nom des Hauts-de- Seine. Retrouvons l’attractivité de notre ville grâce à un nouvelle équipe municipale, un département qui nous soutient, et la dynamique du Grand Paris. Nous pouvons sortir Clichy de l’isolement voulu par la municipalité sortante. Je m’engage à ne pas augmenter les impôts.

Je suis à la tête de l’union de la droite, du centre et des membres de la société civile Clichoise.
Le Conseil d’Etat** m’a rendu justice: les élections municipales 2014 étaient faussées. J’ai eu raison de défendre votre intérêt, dans le respect des règles démocratiques. Gilles Catoire et ses héritiers trahissent leur conception de la République quand ils comparent une décision de justice au régime de Vichy.
Conforté par votre soutien aux départementales, je vous appelle à faire revivre la démocratie les 14 et 21 juin prochains.

Rémi MUZEAU

*25 mars 2015, Patrick Devedjian: «Quand je me promène dans Clichy, je me demande où passe tout l’argent que le
département a donné à Gilles Catoire»
**Jugement du Conseil d’Etat dit «jurisprudence Muzeau»