Epidémie de COVID-19, le retour des communes !

Par François MORVAN,
maire-adjoint
à la Santé

Que n’a-t-on pas entendu depuis des années sur les collectivités locales : trop nombreuses, trop coûteuses, inutiles…

Pour tous les gouvernements successifs, rien n’était plus urgent que de rogner leurs compétences au profit d’intercommunalités, de territoires, de métropoles, sans doute utiles pour réaliser des économies d’échelle, mais aussi imaginées pour vider les communes de leur pouvoir, au profit de niveaux plus ou moins technocratiques et non-élus.

En supprimant la taxe d’habitation (et c’est pourtant très bien pour la fiscalité !), en réduisant son financement aux communes, l’Etat entendait bien leur couper progressivement les vivres. Et pourtant, à Clichy comme ailleurs, l’épreuve du Covid est passée par là.

Elle a vu les communes, ainsi que les départements et les régions au premier rang pour la distribution des masques en début d’épidémie, pour l’organisation des tests, pour l’aide et le soutien aux personnes isolées, pour l’organisation si compliquée du retour à l’école, pour l’aide aux soignants de proximité. Pour beaucoup de clichois, la commune, le centre municipal de santé ont été les interlocuteurs directs dans cette période difficile.

Il en sera demain de même pour la vaccination, l’information, la prévention, l’éducation à la santé.

Dans notre commune, notre bonne coordination avec le Département grâce à Rémi Muzeau et Alice le Moal et nos contacts faciles avec la Région Ile-de-France ont permis de réagir vite aux besoins et aux urgences.

Les communes ? Le premier niveau de la démocratie, à défendre pour l’avenir.

Fermer le menu